Art, nature, sciences

Culture et voyages

Société

Maisons, villages, régions

Docs: parents, concours

Documents sonores

Lettres, littérature, écriture


Culture philosophique


Mon cadre de vie

 
Santé

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.mireille33.fr/data/fr-articles.xml

Poèmes oubliés

La chanson de Roland
(chanson de geste, Moyen Âge
)
 exploits guerriers, aventures extravagantes, héroïsme
Olivier sent qu'il est blessé à mort
Jamais il ne saurait assez se venger,
En pleine mêlée, maintenant

Il tranche les épieux et les boucliers
Il frappe comme un baron.

 
La littérature courtoise : a été influencée par la Provence essentiellement grâce à Aliénor d'Aquitaine.

 

Ballade des dames du temps jadis

Dites-moi où, n'en quel pays
Est Flora la belle Romaine
,
Alcibiade, ne Thaïs,
Qui fut sa cousine Germaine ?
Écho parlant quand bruit on mène
Dessus rivière ou sur étang,
Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?


Où est la très sage Héloïs
Pour qui fut châtié, puis moine,
Pierre Abélard à saint-Denis ?





Ballade des pendus ( Villon; M âge )

Frères humains qui après nous vivez,
N'ayez les cœurs contre nous endurcis,
Car si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous merci.

La pluie nous a débués et lavés
Et le soleil desséchés et noircis:
Puis, corbeaux nous ont les yeux crevés
Et arraché la barbe et les sourcils


 

16 ième
Du bellay


 

Né en 1522 en Anjou. C'est un être maladif, orphelin de bonne heure. Il a une enfance rêveuse et mélancolique. Du Bellay se tourna vers l'état ecclésiastique. Il étudia le droit vers 1545. Il rédigea ses premières poésies latines et françaises. Il suivit Ronsard au Collège de Coqueret.  Sous la conduite de Dorat, il est nourri de culture latine. Il écrivit les sonnets pétrarquistes de l'Olive...La Défense et Illustration  en 1549. En 1550 il tomba malade : première atteintes de la surdité. 1550 2e édition de l'Olive... Complainte du Désespéré.

Mes os, mes nerfs et mes veines,                                                  Avancent de ma vieillesse
Témoins secrets de mes peines,                                                    Le triste hiver, qui me blesse
Et mille soucis cuisants,                                                                  Devant l'été de mes ans

Déjà la nuit en son parc amassait
Un grand troupeau d'étoiles vagabondes,
Et pour entrer aux cavernes profondes,
Fuyant le jour, ses noirs chevaux chassaient

Comme on passe en été le courant sans danger,

Comme on passe en été le torrent sans danger,
Qui soulait en hiver être roi de la plaine
Et ravir par les champs d'une fuite hautaine,
L'espoir du laboureur et l'espoir du berger;


Comme on voit les couards animaux outrager
Le courageux lion gisant dessus l'arène,
Ensanglanter leurs dents et d'une audace vaine
provoquer l'ennemi qui ne se peut venger;

Et comme devant Troie on vit des Grecs encor
Braver les moins vaillants autour du corps d'Hector

Et osent les vaincus les vainqueurs dédaigner


Comme le champ semé...


Comme le champ semé en verdure foisonne,
De verdure se hausse en tuyau verdissant,
Du tuyau se hérisse en épi florissant,
D'épi jaunit en grain, que le chaud assaisonne;

Et comme en la saison le rustique moissonne
Les ondoyants cheveux du sillon blondissant,
Le met d'ordre en javelle, et du blé jaunissant
Sur le champ dépouillé mille gerbes façonne :

Ainsi de peu à peu crût l'empire romain,
Tant qu'il fut dépouillé par la barbare main,
Qui ne laissa de lui que ces marques antiques

Que chacun va pillant, comme on voit le glaneur,
Cheminant pas à pas, recueillir les reliques
De ce qui va tombant après le moissonneur.

Las ! où est maintenant...

Las ! où est maintenant ce mépris de fortune ?
Où est ce cœur vainqueur de toute adversité,
Cet honnête désir de l'immortalité,
Et cette honnête flamme au peuple non commune ?

Où sont ces doux plaisirs qu'au soir, sous la nuit brune,
Les Muses me donnaient, alors qu'en liberté,
Dessus le vert tapis d'un rivage écarté,
Je les menais danser aux rayons de la lune ?

Maintenant la Fortune est maîtresse de moi,
Et mon cœur qui soulait être maître de soi,
Est serf de mille maux et regrets qui m'ennuient.

De la postérité je n'ai plus de souci,
Cette divine ardeur, je ne l'ai plus aussi,
Et les Muses de moi, comme étranges, s'enfuient.
 

France, mère des arts...


France, mère des arts, des armes et des lois,
Tu m'as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,
Je remplis de ton nom les antres et les bois.

Si tu m'as pour enfant avoué quelquefois,
Que ne me réponds-tu maintenant, Ô cruelle ?
France, France, réponds à ma triste querelle,
Mais nul, sinon Écho, ne répond à ma voix.

Entre les loups cruels j'erre parmi la plaine;
Je sens venir l'hiver, de qui la froide haleine
D'une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

Las ! Tes autres agneaux n'ont faute de pâture,
Ils ne craignent le loup, le vent, ni la froidure :
Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau.

Heureux qui comme Ulysse...
 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestui-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas ! de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province et beaucoup davantage !

Plus me plait le séjour qu'ont bâti mes aïeux
Que des palais romains le front audacieux:
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

Plus mon Loire Gaulois que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.




Marcher d'un grave pas

 
Marcher d'un grave pas et d'un grave sourci,
Et d'un grave souris à chacun faire fête...

Voilà de cette cour la plus grande vertu,


 


Ronsard 16 ième
A la fontaine Bellerie


O Fontaine Bellerie
Belle fontaine chérie
De nos nymphes...



Contre les bûcherons de la forêt de Gastine

Écoute, bûcheron, arrête un peu le bras !
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas;
Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoutte à force,
Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ?...



Quand je suis vingt ou trente mois

 
Quand je suis vingt ou trente mois
Sans retourner en Vendômois,
Plein de pensées vagabondes,
Plein d'un remord et d'un souci,
Aux bois, aux antres, et aux ondes :

" Rochers, bien que soyez âgés
De trois mille ans, vous ne changez
Jamais ni d'état ni de forme :
Mais toujours ma jeunesse fuit,
Et la vieillesse qui me suit
De jeune en vieillard me transforme...



Comme un chevreuil

Comme un chevreuil, quand le printemps détruit
Du froid hiver la poignante gelée,
Pour mieux brouter la feuille emmiellée,
Hors de son bois avec l'aube s'enfuit;

Et seul et sûr, loin de chiens et de bruit,
Or sur un mont, or dans une vallée,
Or près d'une onde à l'écart recélée,
Libre, folâtre où son pied le conduit;

De rets ne l'arc sa liberté n'a crainte,
Sinon alors que sa vie est atteinte
D'un trait meurtrier empourpré de son sang;
Ainsi j'allais, sans espoir de dommage,
Le jour qu'un œil, sur l'avril de mon âge,
Tira d'un coup mille traits en mon flanc.



Mignonne, allons voir si la rose...


Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.

Las ! Voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las, las ses beautés laissé choir !
O vraiment marâtre Nature,
Puisqu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne.
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté



Comme on voit sur la branche

 
Comme on voit sur la branche, au mois de mai, la rose,
En sa belle jeunesse, en sa première fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l'aube, de ses pleurs, au point du jour l'arrose;

La Grâce dans sa feuille, et l'Amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d'odeur;
Mais, battue ou de pluie ou d'excessive ardeur,
Languissante, elle meurt, feuille à feuille déclose;

Ainsi, en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t'a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que, vif et mort, ton corps ne soit que roses.



L'an se rajeunissait

L'an se rajeunissait en sa verte jouvence
Quand je m'épris de vous, ma Sinope cruelle :
Seize ans était la fleur de votre âge nouvelle,
Et votre teint sentait encore son enfance.



Quand vous serez bien vieille

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
" Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle ! "

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,

Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre, et, fantôme sans os,
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos :
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain:
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.



Je n'ai plus que les os

Je n'ai plus que les os, un squelette je semble,
Décharné, dénervé, démusclé, dépoulpé,
Que le trait de la mort sans pardon a frappé;
Je n'ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

Apollon et ses fils, deux grands maîtres ensemble,
Ne me sauraient guérir, leur métier m'a trompé;
Adieu, plaisant soleil ! Mon œil est étoupé,
Mon corps s'en va descendre où tout se désassemble.

Quel ami, me voyant en ce point dépouillé,
Ne remporte au logis un œil triste et mouillé,
Me consolant au lit et me baisant la face,

En essuyant mes yeux par la mort endormis ?
Adieu, chers compagnons ! Adieu, mes chers amis !
Je m'en vais le premier vous préparer la place.




17 ième
 
Le poète devient un bon ouvrier du vers...

 
Malherbe et ses disciples
 
composent odes, stances...
Il considèrera plus tard " le marinisme " comme une erreur de jeunesse à combattre. Il n'hésite pas à faire des remarques acerbes sur certains rivaux. Il fait preuve d'éloquence et de lyrisme; la facture de ses odes, de ses stances est impeccable. Il fait preuve aussi de lyrisme et de plastique : " Et les fruits passeront la promesse des fleurs ". La fonction du poète pour lui est d'être un bon ouvrier du vers et non pas un mage. Il faut savoir aussi admirer l'inflexible autorité avec laquelle il rappelle au sentiment de leur néant ces grands de la terre qu'il a lui-même si souvent adulés : La discorde au cris de couleuvres
                           Peste fatale aux potentats



 
Consolation à M. Dupérier

Ta douleur, Dupérier, sera donc éternelle
Et les tristes discours
Que te met en l'esprit l'amitié paternelle
L'augmenteront toujours ?

Le malheur de ta fille au tombeau descendue
Par un commun trépas,
Est-ce quelque dédale où ta raison perdue
Ne se retourne pas ?

Je sais de quels appas son enfance était pleine,
Et n'ai pas entrepris
Injurieux ami, de soulager ta peine
Avec que son mépris.

Mais elle était du monde où les plus belles choses
Ont le pire destin,
Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
L'espace d'un matin.

Puis, quand ainsi serait que, selon ta prière,
Elle aurait obtenu
D'avoir en cheveux blancs terminé sa carrière,
Qu'en fût-il advenu ?

Penses-tu que, plus vieille, en la maison céleste
Elle eût eu plus d'accueil ?
Ou qu'elle eût moins senti la poussière funeste
Et les vers du cercueil ?


Non, non, mon Du Périer, aussitôt que la Parque
Ôte l'âme du corps,
L'âge s'évanouit au deçà de la barque
Et ne suit point les morts...

La Mort a des rigueurs à nulle autre pareilles;
On a beau la prier,
La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles
Et nous laisse crier.



Prière pour le roi Henri le grand

Conforme donc, Seigneur, ta grâce à nos pensées;
Ôte-nous ces objets, qui des choses passées
Ramènent à nos yeux le triste souvenir



Beaux et grands bâtiments

Beaux et grands bâtiments d'éternelle structure,
Superbes de matière et d'ouvrages divers,
Où le plus digne Roi qui soit en l'univers
Aux miracles de l'art fait céder la nature;

Beau parc, et beaux jardins, qui dans votre clôture
Avez toujours des fleurs et des ombrages verts,
Non sans quelque Démon qui défend aux hivers
D'en effacer jamais l'agréable peinture;

Lieux qui donnez aux cœurs tant d'aimables désirs,
Bois, fontaines, canaux, si parmi vos plaisirs
Mon humeur est chagrine et mon visage triste,

Ce n'est point qu'en effet vous n'avez des appas,
Mais, quoi que vous ayez, vous n'avez point Caliste,
Et moi je ne vois rien quand je ne la vois pas.



Les heureux succès de la Régence

La discorde aux crins de couleuvres
Peste fatale aux potentats...
Et si ta faveur tutélaire
Fait signe de les avouer,
Jamais ne partit de leurs veilles
Rien qui se compare aux merveilles
Qu'elles feront pour te louer.



Paraphrase du psaume CXLV

N'espérons plus, mon âme, aux promesses du monde;
Sa lumière est un verre, et sa faveur une onde
Que toujours quelque vent empêche de calmer;
Quittons ces vanités, lassons-nous de les suivre,
C'est Dieu qu'il faut aimer.

En vain pour satisfaire à nos lâches envies,
Nous passons près des rois tout le temps de nos vies
A souffrir des mépris, et ployer les genoux
Ce qu'ils peuvent n'est rien; ils sont comme nous sommes,
Véritablement hommes,
Et meurent comme nous.



Sur la mort de son fils

Que mon fils ait perdu sa dépouille mortelle,
Ce fils qui fut si brave et que j'aimai si fort,
Je ne l'impute point à l'injure du sort,
Puisque finir à l'homme est chose naturelle;




Mainard

 
En 1611 à Aurillac, il compose des odes et des stances. Il aime aussi l'épigramme. Il passe de la verve réaliste à la sensibilité élégiaque, voire même à des couplets impies.
 
Mon âme, il faut partir. Ma vigueur est passée
 
Racan
 
Son élégie pastorale se ressent dans ses psaumes et les " Bergeries  " ont une intrigue compliquée, leur satyre, leur magicien... paraissent fanés.

 
Mathurin Régnier
 
et sa satire  qui est une caricature. Dans son épitaphe il force plaisamment la note.



Corneille :
Psyché

L'amour naissant

A peine je vous vis, que mes frayeurs cessées
Laissent évanouir l'image du trépas.
Et que je sens couler dans mes veines glacées
Un je ne sais quel feu que je ne connais pas.
J'ai senti de l'estime et de la complaisance,
De l'amitié, de la reconnaissance;
De la compassion les chagrins innocents
M'en ont fait sentir la puissance;
Mais je n'ai point encore senti ce que je sens.
Je ne sais ce que c'est, mais je sais qu'il me charme,
Que je n'en conçois point d'alarme :
Plus j'ai les yeux sur vous, plus je m'en sens charmer.
Tout ce que j'ai senti n'agissait point de même,
Et je dirais que je vous aime,
Seigneur, si je savais ce que c'est que d'aimer.
Ne les détournez point, ces yeux qui m'empoisonnent,
Ces yeux tendres, ces yeux perçants, mais amoureux,
Qui semblent partager le trouble qu'ils me donnent.
Hélas ! plus ils sont dangereux,
Plus je me plais à m'attacher à eux.
Par quel ordre du ciel, que je ne puis comprendre,
Vous dis-je plus que je ne dois,
Moi de qui la pudeur devrait du moins attendre
Que vous m'expliquassiez le trouble où je vous vois ?
Vous soupirez, Seigneur, ainsi que je soupire :
Vos sens comme les miens paraissent interdits.
C'est à moi de m'en taire, à vous de me le dire;
Et cependant c'est moi qui vous le dis.



La Fontaine XVII ième S

Le lion et le moucheron

"Va-t-en chétif insecte, excrément de la terre ! "
C'est en ces mots que le lion
Parlait un jour au moucheron.

 


La mort et le bûcheron

Un pauvre bûcheron, tout couvert de ramée,
Sous le faix du fagot aussi bien que des ans
Gémissant et courbé, marchait à pas pesants,
Quel plaisir a-t-il eu depuis qu'il est au monde ?
Point de pain quelquefois et jamais de repos
Il appelle la mort. Elle vient sans tarder,

Plutôt souffrir que mourir, C'est la devise des hommes.



Le lion et le moucheron

" Va-t-en, chétif insecte, excrément de la terre ! "
 C'est en ces mots que le lion
Parlait un jour au moucheron?
L'autre lui déclara la guerre.
" Penses-tu lui dit-il, que ton titre de roi :
Me fasse peur ni me soucie ?
Un bœuf est plus puissant que toi :
Je le mène à ma fantaisie.




Le chat, la belette et le petit lapin

Du palais d'un jeune lapin
Dame belette un beau matin,
S'empara : c'est une rusée
Le maître étant absent, ce lui fut chose aisée.
Elle porta chez lui ses pénates, un jour
Qu'il était allé faire à l'Aurore sa cour
Parmi le thym et la rosée.



Les deux amis

Deux vrais amis vivaient au Monomotapa.
L'un ne possédait rien qui n'appartint à l'autre.
Les deux amis de ce pays-là
Valent bien dit-on ceux du nôtre.
Une nuit que chacun s'occupait au sommeil,
Et mettait à profit l'absence du soleil,
Un de nos deux amis sort du lit en alarme;
Il court chez son intime, éveille les valets;
Morphée avait touché le seuil de ce palais.
L'ami couché s'étonne; il prend sa bourse, il s'arme,
Vient trouver l'autre, et dit : " Il vous arrive peu
De courir quand on dort, vous me paraissez homme
A mieux user du temps destiné pour le somme :
N'auriez-vous point perdu tout votre argent eu jeu ?
En voici. S'il vous est venu quelque querelle,
J'ai mon épée, allons. Ne le voulez-vous point ?
- Non dit l'ami, ce n'est ni l'un ni l'autre point :

Je vous rends grâce de ce zèle.
Vous m'êtes, en dormant, un peu triste apparu;
J'ai craint qu'il ne fût vrai; je suis vite accouru.
Ce maudit songe en est la cause. "

Qui d'eux aimait le mieux ? Que t'en semble , lecteur ?
Cette difficulté vaut bien qu'on la propose.
Qu'un ami véritable est une douce chose !
Il cherche vos besoins au fond de votre coeur;
Il vous épargne la pudeur
De les lui découvrir vous-même;
Un songe, un rien, tout lui fait peur
Quand il s'agit de ce qu'il aime.


Boileau dans l'Art poétique

Enfin Malherbes vint, et, le premier en France,
Fit sentir dans les vers une juste cadence,
d'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir,
Et réduisit la muse aux règles du devoir.


Leconte de Lisle

On présente ordinairement Leconte de Lisle comme le poète du pessimisme.
Dans les " Poèmes Barbares " comme dans les " Poèmes Antiques ", Leconte de Lisle montre que le mal est universel et éternel, qu'il tient à l'essence même de l'univers ( cf Bhagavat aux sonorités pascaliennes ).

" Et les lâches heureux et les races damnées

Entendront une voix disant : Satan est mort.
Et ce sera la fin, Œuvre des six journées

( La tristesse du Diable P.B. )

 
Queneau

Si tu t'imagines
si tu t'imagines
fillette fillette
si tu t'imagines
xa va xa va xa
va durer toujours
la saison des za
la saison des za
saison des amours
ce que tu te goures
fillette fillette
ce que tu te goures

 


Date de création : 24/02/2008 . 16:02
Dernière modification : 13/04/2015 . 08:44
Page lue 4604 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Phrase du mois

C'est une habitude chez certains en France de critiquer le pouvoir en place, dès qu'il est en place. Stupidement reprochant même parfois ce qui était dans le propre programme de ces gens.

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Stats/Articles les + lus

Préférences
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
W2MCd
Recopier le code :

    visiteurs
    visiteurs en ligne

Pied de page

Mots clés que vous pouvez retrouver en les copiant dans " recherche " :
a) ADN, Afrique du Sud, âge d'un arbre, agriculture des pays visités, Alpha Blondy, anecdotes de voyage, arbres, architecture, art,  astres,  anglais et concours,
b) bambous, Bouchon muqueux, Brassens,  Brésil,
c)
cathares, chansons historiques, Charlie Chaplin, Chili, civilisations, civilisations perdues ou anciennes, couches lavables, couleur du pelage des chatons, coups de cœur en voyages, croyances et croyance anciennes, Cuba, culture, culture humaine, culture scientifique,
curiosités de la nature,  conte de Noël,  critique de livres,
d) Dalida, dessins au fusain, dessins enfants,   définitions
e) Ecriture, emmaillotement , Espagne, Eric Chardin,  eucalyptus,
f) femme dans le monde,
films récompensés, force de coriolis,
g) géographie, Grèce, grossesse,  guerres et révolutions,  grammaire
h) histoire, Hitchcock, huppe faciée,
i)  Ile de Pâques, impressionnisme, 
 isolants minces,  Iran,
j) Jacques Brel, Jean Ferrat, Jordanie/Petra,
k )

l) langues et pensée, Laos,  lire un livre,
m) Madère, mélodies inoubliables,
meubles et styles, Monet, mystérieux @,  monoxyde de carbone, nœuds,
n) Néandertal,  numériser des diapositives,  nouvelles romancées,
o) outils mathématiques, Ouzbékistan,
œuvres oubliées,
p)
Palais de Téhéran, Pascal et Montaigne, Persépolis/ Ispahan, philosophie, physique élémentaire, poésie/poèmes, polyarthrite rhizomélique, portraits au fusain,  professeur des écoles,
q)
r) René Descartes, romans/écrire des romans, réflexions littéraires,
s)   sciences naturelles, séquoias,, singes,, symbolique des couleurs,  synthèse,

t)  tectonique des plaques, tubes musicaux, taches sur vêtements,,  toits d'ardoise,
u)

v ) vie de village, vérité, Verlaine, vie dans les pays visités, Vocabulaire des châteaux forts, voyages,
w )
x )

Y )  Yves Duteil,